SHERBROOKE, QC, 27 octobre 2020 / CNW / -L’Université de Sherbrooke (UdeS) est heureuse de travailler avec Teledyne DALSA sur la Chaire de recherche industrielle CRSNG / Teledyne DALSA sur les MEMS de nouvelle génération et la microphotonique. Tenu conjointement par Paul Charette, Professeur de génie électrique et informatique, et Luc Frchette, professeur de génie mécanique et directeur scientifique de l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT), la chaire développera et améliorera les matériaux, les procédés de fabrication et les applications pour les microsystèmes et la microphotonique de demain . Presque 4,5 millions de dollars ira vers ce programme de chaires de cinq ans, qui cimentera la collaboration dans les systèmes micro-électromécaniques (MEMS) et la photonique qui a émergé dans le BromontSherbrooke couloir depuis plusieurs années maintenant.

Directement liée à l’un des thèmes de recherche transversaux de l’UdeS sur les matériaux / procédés innovants et les sciences quantiques, la Chaire de recherche permettra à son partenaire Teledyne DALSA de jouer un rôle scientifique et technologique de classe mondiale dans les MEMS et la microphotonique, qui sont les micro / nanotechnologies derrière tous les appareils miniaturisés de haute technologie.

Vision nocturne pour les voitures

Un domaine d’étude prioritaire pour le professeur Paul Charette est la photonique intégrée (ou «lumière sur puce»), qui peut être utilisée pour miniaturiser les capteurs. « L’innovation en photonique sur puce nécessite de repousser les limites de la science des matériaux et des procédés de micro / nanofabrication. Nous souhaitons déployer ces nouvelles technologies dans l’industrie afin qu’elles puissent être produites à grande échelle et à faible coût », a expliqué le professeur . L’objectif principal de ses travaux est d’améliorer la sensibilité de l’imagerie infrarouge et de l’imagerie hyperspectrale. Ces innovations pourraient aider à identifier les polluants dans l’atmosphère ou à surveiller la santé des forêts. L’amélioration de cette sensibilité pourrait également donner aux voitures une vision nocturne pour une navigation nocturne assistée ou autonome.

Nouveaux matériaux fonctionnels

Le monde se numérise et les capteurs sont tout autour de nous. Pour le professeur Luc Frchette, les travaux de cette Chaire déboucheront sur de nouveaux matériaux fonctionnels et leur intégration et encapsulation sur puce. Les systèmes MEMS intègrent des capteurs ou actionneurs sur puce dont les mouvements sont de l’ordre du micromètre. « L’idée est de développer ces matériaux fonctionnels capables de transformer des phénomènes physiques tels que la force, la chaleur ou les vibrations en signaux électriques », a expliqué le professeur. « Par exemple, un capteur qui mesure l’usure des roulements d’une machine pourrait se recharger automatiquement simplement grâce aux vibrations de la machine. »

L’autre volet des travaux du professeur Frchette concerne l’encapsulation sous vide sur puce, une opération clé dans la chaîne de fabrication. «Nos méthodes visent à maintenir ces cavités miniatures sous vide tout au long de la durée de vie du capteur. L’encapsulation étant ce qui détermine le prix des capteurs, nous devrions pouvoir réaliser l’encapsulation à faible coût. Nous poursuivons donc l’encapsulation simultanée et combinée de puces pour réduire considérablement les coûts et augmenter la miniaturisation pour intégrer les MEMS dans une plus large gamme d’applications, telles que l’imagerie thermique », a ajouté le professeur Frchette.

Partenaire de longue date: Teledyne DALSA

Partenaire de longue date de l’UdeS, Teledyne DALSA a fait partie intégrante d’un certain nombre de projets issus de partenariats précédents. De nombreux étudiants de l’UdeS travaillent actuellement à Teledyne, ce qui montre comment chacun joue son rôle dans cette démarche collaborative: l’université forme des étudiants chercheurs à l’innovation, tandis que les partenaires récoltent le succès avec les nouveaux produits développés tout en bénéficiant d’un personnel hautement qualifié après le projet. « Teledyne DALSA is un acteur incontournable du marché principalement grâce à la gamme de technologies de fabrication auxquelles nous avons accès et à l’expertise que nos collaborateurs perfectionnent depuis plus de 20 ans », explique Stéphane Martel, directeur du bureau de projet, Teledyne DALSA. «Nous pouvons desservir à peu près n’importe quel marché et tout type d’application MEMS, des applications automobiles, industrielles et de défense aux télécommunications, aux équipements biomédicaux et à l’électronique grand public. La Chaire bénéficiera sans aucun doute de ce positionnement.

Le lien industrie-université: risquer le risque

Cette chaire sera un pont entre la recherche académique et le transfert vers l’industrie. L’objectif: prendre un prototype conçu, pensé et conçu en laboratoire et le mettre à profit de manière innovante et révolutionnaire. Cette recherche est jugée très pertinente notamment parce qu’elle découle de besoins industriels réels.

«Si cette approche« bench-to-business-and-back »comporte des risques, elle présente également des avantages», a déclaré Jacques Renaud, MEMS Process Integration Manager et responsable des activités de la Chaire chez Teledyne DALSA. «Il existe des défis techniques auxquels l’industrie ne s’attaque pas car les risques sont élevés et le retour sur investissement est difficile à quantifier. Mais le cadre actuel nous permettra de déléguer ces défis à la présidence et, finalement, de faire des découvertes étonnantes et inattendues avec beaucoup de valeur. Cela nous met dans la mentalité d’une start-up plutôt que de l’entreprise établie que nous sommes et nous permet donc de prendre plus de risques.  »

La chaîne d’innovation intégrée: un écosystème stratégique

«Les travaux de la Chaire s’inscrivent parfaitement dans la chaîne d’innovation intégrée, qui comprend le parcours complet de la recherche fondamentale à la mise sur le marché. Grâce à l’Institut Quantique de l’UdeS, partenaire industriel de la Chaire, à l’Institut interdisciplinaire pour l’innovation technologique (3IT) et au MiQro Innovation Collaboration Center (C2MI) dans Bromont, toutes les étapes de la recherche et du développement sont couvertes. Une science de très haute qualité est en cours ici et le potentiel de transfert vers l’industrie est très élevé », a expliqué le professeur Vincent Aimez, Vice-président du transfert de connaissances et des partenariats, UdeS. Cet écosystème ouvre également une porte très prometteuse pour structurer la recherche à plus long terme sur la base d’une relation de qualité avec le partenaire de la Chaire.

Des carrières exceptionnelles

Toutes les personnes impliquées dans cette chaire sont d’accord: le besoin d’étudiants en recherche est énorme. Les entreprises développant des technologies avancées sont toujours à la recherche de bons candidats. La Chaire lancera un flux d’activités et de collaborations qui formeront les étudiants à relever les défis d’un environnement industriel tel que celui de Teledyne DALSA. Ils seront capables de se familiariser avec des problèmes interdisciplinaires complexes, d’avoir une vue d’ensemble et de comprendre les concepts de temps, de défis, de risques et de solutions dans leur travail. La Chaire offrira des opportunités de carrière multiples et exceptionnelles!

Chaires partenaires

« Le CRSNGest fier de financer cette chaire de recherche industrielle, qui développera et améliorera des matériaux, des procédés et des applications pour les systèmes microélectromécaniques et la microphotonique de nouvelle génération. La Chaire nous aidera à transférer les connaissances scientifiques et les résultats de la recherche de l’UdeS aux entreprises qui travaillent dans ce domaine. La Chaire offrira également aux étudiants un environnement de formation intégré et multidisciplinaire qui intègre la dimension de la recherche et du développement industriels, qui développera et renforcera Du Canada potentiel de commercialisation de ces technologies et d’augmenter leurs retombées économiques », a déclaré Marc Fortin, Vice-président, Partenariats de recherche, CRSNG.

« UdeS et Teledyne DALSA travaillent ensemble depuis de nombreuses années et ce partenariat a grandement contribué au succès de Teledyne DALSA sur son marché. Au cours des 20 dernières années, notre entreprise a complètement réinventé ses technologies et ses services. L’UdeS a joué un grand rôle non seulement à travers de nombreux projets collaboratifs, mais aussi grâce à ses stagiaires coopératifs et ses diplômés en ingénierie et en sciences, qui ont continué à travailler pour nous et à participer directement à cette transformation. Nous sommes très fiers de poursuivre notre partenariat avec cette nouvelle chaire de recherche », a déclaré Claude Jean, Vice-président exécutif et directeur général, Teledyne DALSA.

Pour RapidePDG Luc Sirois, « Aider activement et sans relâche à construire Québec l’avenir en finançant la recherche et le développement collaboratifs dans les TIC et le numérique est la raison d’être de PROMPT. C’est pourquoi la création de la Chaire de recherche industrielle CRSNG / Teledyne DALSA sur les MEMS et la microphotonique de nouvelle génération était un choix naturel et logique pour nous. Par ce financement, nous souhaitons contribuer à consolider et développer une expertise de pointe et contribuer à la transférer entre la recherche et l’entreprise. À long terme, ce financement soutiendra également la formation de nouveaux talents et créera des emplois publics et privés dans un domaine mondial de premier plan qui est à l’origine de la production de tous les appareils miniaturisés de haute technologie. « 

« C2MI, le plus grand centre de recherche et d’innovation en microélectronique en Canada, est ravi de contribuer au succès de cette chaise industrielle. La qualité et la nature unique de notre infrastructure nous distinguent au niveau mondial et aideront les étudiants à poursuivre leur formation en interagissant avec des chercheurs industriels et en utilisant des équipements scientifiques de pointe. Les collaborations université / industrie créent non seulement des produits commercialisables, mais donnent également aux étudiants une solide compréhension des défis industriels. Ces projets collaboratifs renforcent notre rôle dans l’écosystème de l’innovation numérique pour nous aider à poursuivre notre objectif de nous positionner en tant qu’expert mondial dans tous les secteurs du développement numérique », a déclaré? Normand Bourbonnais, Directeur général, C2MI.

SOURCE Universit de Sherbrooke